Portrait de Loïc CAURET – Président de Lamballe Terre et Mer et du Centre de Gestion 22

Président du Centre de Gestion des Côtes d’Armor depuis 2001, Loïc Cauret est également Maire de Lamballe et Président de Lamballe Terre et Mer. En cette fin d’année, il nous présente sa vision du service public local et ce qui représente pour lui l’essentiel du travail d’élu : le service à la population.

. Qu’est-ce qui vous a amené à devenir élu local ?

L.C : Pour moi, être élu local, c’est avoir une vision d’un territoire sur lequel on souhaite faire évoluer les choses, c’est agir très concrètement et à partir de là, élargir son champ d’investissement dans d’autres institutions que la commune pour faire avancer ces idées et ces projets.

Lorsque j’ai été élu Maire, j’étais déjà très investi dans le collectif, notamment syndical. Etre élu, c’est à la fois de la décision individuelle mais beaucoup de travail collectif. Il y a une part de fierté à se mettre au service de son territoire mais aussi, il ne faut pas se le cacher, une part d’ambition personnelle d’être à la tête d’une collectivité. Mais comme le pouvoir est une drogue dure, il faut aussi savoir s’arrêter !

. Quelle est votre vision du service public local et les projets importants à échéance deux-trois ans ?

L.C : Ce n’est pas l’organisation territoriale mais bien le service à la population. Servir les personnes du territoire dont on a la charge, ce n’est pas la même chose que de servir la collectivité.

C’est avant tout être le garant de la cohésion sociale, de la solidarité et d’une certaine sécurité à maintenir pour la population. L’élu local n’est pas forcément celui qui fait tout cela mais celui qui y contribue, qui le garantit.

Bien sûr, quand on parle de service public local, on pense aux grandes missions régaliennes des collectivités locales : école, urbanisme, culture, etc. Mais aujourd’hui, par carence de l’initiative privée et sous la pression de la société, le service public local prend en charge de nouvelles compétences. Par exemple, le haut débit internet, la sécurité.

Le service public local est l’amortisseur n°1 qui permet à la France, macro-économiquement parlant, de ne pas avoir subi la crise de plein fouet comme d’autres pays. Il permet à l’Etat, en accord avec d’autres instances, d’aménager son territoire dans de bonnes conditions. L’action publique est indispensable à la régulation.  Si elle n’existe pas, ce sont les plus fragiles qui en pâtissent.

Partant de ce principe, on construit des projets pour son territoire. Avec une équipe, avec des arbitrages, en faisant des compromis. C’est le maître mot de l’action publique.  Le programme doit se confronter aux possibilités, financières, humaines, pour être entrepris.

Concernant les projets importants à venir sur le territoire de Lamballe, nous allons mettre l’accent sur les politiques publiques de santé, d’environnement (plan climat), de l’emploi et de sa qualité (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences). Au niveau intercommunal, nous allons poursuivre l’harmonisation des compétences sur tout le territoire pour donner à chacun les mêmes capacités à être accueilli et à y vivre. Bien sûr, nous avons des projets d’investissements (bâtiments, voirie, etc.) comme partout. Mais nous souhaitons surtout privilégier ce qui fait la richesse du territoire : sa population.

. Que peut proposer un établissement ressources comme le Centre de Gestion ?

L.C : Les Centres de Gestion ont, de tout temps, été l’élément mutualisateur des collectivités dans un département. Aucune commune ne peut porter seule les services, notamment dans le secteur des ressources humaines, qu’il porte. En les proposant, les Centres de Gestion aident les collectivités locales et donc, à travers elles, la population.

Au-delà de ses compétences fortes que sont la gestion des carrières, les concours, les conseils juridiques, les missions temporaires, la santé ou les archives, le Centre de Gestion des Côtes d’Armor poursuit ses mises à disposition de nouvelles compétences. Elle accroit ses propositions dans de nombreux domaines.

Ainsi, un service de santé « global » et territorialisé est en train de voir le jour afin de proposer aux collectivités une offre complète d’accompagnement des situations individuelles et /ou collectives des agents.

Une assistante sociale est en cours de recrutement. Elle sera mise à disposition de quelques collectivités mais pourra également intervenir sur demande auprès des collectivités nécessitant ce type d’accompagnement.

Le dispositif carrière-paie est désormais opérationnel afin que les services R.H des collectivités, en confiant ces tâches au Centre de Gestion, puissent se concentrer sur des activités à plus forte valeur ajoutée auprès de leurs agents.  

L’informatique est également au cœur de nos préoccupations sur les questions de sécurité, des traitements de données à caractère personnel (informatique et libertés).

Dans le cadre du conseil en organisation, nous montons en puissance en tant que médiateur-conciliateur auprès de certaines collectivités en difficulté.

En lien avec les intercommunalités, le Centre de Gestion va poursuivre l’enrichissement de son offre de services. L’établissement n’est pas en concurrence mais bien à la disposition de toutes les collectivités sur nos territoires.

. Pour conclure, à titre professionnel, avez-vous une citation ou une phrase préférée ?

L.C : Je me souviens d’une phrase de Churchill qui disait à peu près cela : si vous avez un projet, on parle du projet et pas des problèmes. Ceux-ci plaideront ensuite suffisamment pour eux-mêmes. Ou pour rappeler une métaphore du transport, que les agents du Centre de Gestion connaissent bien désormais : « On dit oui d’abord, on cherche le camion après ! »


Mieux connaître les élus locaux et agents territoriaux, voici le fil conducteur de cette nouvelle rubrique de notre portail internet. Ces portraits ont vocation à mettre en valeur les acteurs des territoires mais aussi à valoriser des expériences menées avec les services du Centre de Gestion.
Retrouvez tous les portraits en ligne de cette rubrique bimensuelle. 

Contacts
Communication

02 96 58 64 00
communication@cdg22.fr